High tech, informatique et technologie

Hoverboard volant : à savoir sur le nouveau skate volant futuriste

hoverboard

Le nouveau skate volant futuriste n’est pas une illusion optique. Il s’agit bel et bien d’un hoverboard qui plane à quelques centimètres au-dessus du sol. L’appareil fonctionne sur la base du principe de lévitation électromagnétique. Son arrivée sur le marché des consommateurs crée un véritable engouement chez les amateurs du skateboard et attise la curiosité des chercheurs. Plusieurs projets de réalisation de l’appareil ont d’ailleurs vu le jour. Voici un petit tour d’horizon sur le concept du nouveau skate volant.

Quel est le mode de fonctionnement du nouveau skate volant futuriste ?

Le nouveau skateboard volant est visiblement une mise au point révolutionnaire. Annoncé au public il y a quelques années, l’appareil a l’air tout droit sorti de l’imaginaire d’un film de science-fiction. Pourtant, son fonctionnement se base sur une technologie plutôt réaliste. En effet, l’appareil défie la gravité grâce à un système de lévitation électromagnétique. Ledit système est conçu avec l’association d’éléments supraconducteurs à de l’aimant.

Ceux-ci créent des champs magnétiques inversés qui interagissent avec une surface conductrice afin de générer l’élévation de la planche au-dessus du sol. La révolution du skate volant a suscité l’intérêt de plusieurs chercheurs. Nombreuses sont les entreprises qui se sont données pour défi de réussir à mettre sur le marché un skateboard volant fonctionnel. Toutefois, la réalisation d’un engin capable de léviter et sur lequel on peut se déplacer représente un challenge de taille.

technologie futuriste.

Quels sont les projets de skate volant qui ont abouti ?

Être en mesure de proposer un véhicule défiant la gravité permettrait d’affranchir un pas vers une technologie futuriste. Depuis la sortie du film culte « Retour vers le Futur », les entreprises pour réaliser ce projet se sont multipliées. Toutefois, les vrais prototypes ayant abouti à de réelles expériences sont très peu. Au nombre des skates volants dont la sortie a su tenir en haleine le grand public, il y a le prototype dénommé « Slide » qui provient de Lexus, la division de luxe du constructeur automobile Toyota.

Selon les ingénieurs en charge de ce projet, la planche de l’hoverboard renferme des supraconducteurs refroidis à l’azote liquide et couplé à des aimants. Ce principe de supraconductivité permet à l’appareil de léviter à quelques centimètres du sol au-dessus d’une surface métallique. Pour l’heure, le constructeur n’a rendu disponibles que quelques prototypes.

Un autre projet ayant également suscité l’intérêt des consommateurs est celui de l’hoverboard Hendo. Le prototype lancé par une start-up californienne a même été testé par le plus célèbre des skateurs : Tony Hawk. L’engin fonctionne grâce à quatre moteurs stationnaires en forme de disque qui créent des champs magnétiques inversés, ce qui génère l’élévation de la planche au-dessus du sol. Le coût de son acquisition est pour le moment estimé à 10 000 euros.

Le skate volant peut-il être l’avenir des déplacements urbains ?

C’est l’idéal visé depuis plusieurs années par les chercheurs. Cependant, les différents prototypes de skate volant dévoilé au grand public jusqu’à ce jour intègrent deux limites remarquables. La première se rapporte à l’autonomie. En effet, le temps d’usage du skate volant est pour le moment très limité. Certains modèles ne font qu’une dizaine de secondes avant de s’éteindre. La deuxième limite est l’obligation d’utiliser l’appareil sur une piste aimantée.

Visiblement, le nouveau skate volant futuriste est un projet qui se trouve encore au stade expérimental. Sa réalisation effective est toujours très attendue et pourrait faire de nombreux heureux.

À Lire aussi
High tech, informatique et technologie

CamSam Radar : avis sur l'avertisseur et détecteur de radar fixe et mobile

High tech, informatique et technologie

Comment amplifier l'utilité de son infrastructure informatique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.